secouer


secouer

secouer [ s(ə)kwe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1532; réfect. de secourre (XVe), d'apr. les formes secouons, secouez; de l'a. fr. sequeurre, lat. succutere
1Remuer avec force, dans un sens puis dans l'autre (et généralement à plusieurs reprises). agiter. Les ménagères secouaient leur tapis. Secouer la salade. Secouer le flacon avant de l'ouvrir. « Je sais que le fruit tombe au vent qui le secoue » (Hugo). Vitres secouées par une explosion. ébranler. Voiture qui secoue ses passagers. ballotter, brimbaler, cahoter. « Un choc sourd secoua le navire » (Tournier). Le bon vin ne doit pas être secoué. Secouer qqn pour le réveiller. « Maillat le saisit par le col de son battle-dress et le secoua » (R. Merle). Loc. Secouer comme un prunier. « des sanglots me secouèrent, des larmes ruisselèrent de mes yeux » (Proust). « solitaire et secoué de spasmes » (Cl. Simon).
2Mouvoir brusquement et à plusieurs reprises (une partie de son corps). Secouer la tête, en signe d'assentiment, de doute. ⇒ hocher. « la tête secouée de hochements approbatifs » (Courteline). Fam. (euphémisme) J'en ai rien à secouer, rien à faire (cf. Rien à branler, rien à foutre).
3(1550) Se débarrasser de (qqch.) par des mouvements vifs et répétés. Secouer la poussière, la neige. Elle secoua sa robe pleine de sable. « Secoue la vermine de tes haillons ! » (Flaubert). Secouer les puces à qqn.
4(1538) Fig. Secouer le joug. Secouer l'autorité de qqn, l'oppression. « Et tu hésites à secouer cette dépendance, à t'en délivrer ? » (Villiers) . s'affranchir, se libérer.
5(1690) Ébranler par une commotion physique ou morale; faire impression sur (qqn). « J'ai été secoué par mes amours, je les ai vécus, je les ai sentis » (Proust). Cette maladie, cette opération l'a bien secoué.
(1531) Fig. et fam. Secouer qqn, le réprimander, l'inciter à l'action. — Pronom. Fig. Se décider à l'action. Secouez-vous, au travail ! Il faudrait un peu te secouer ! se reprendre. « Elle se secouait, elle voulait prendre une résolution virile » (Balzac). réagir.

secouer verbe transitif (ancien français secourre, du latin succutere, agiter) Imprimer de brusques mouvements à quelque chose, à quelqu'un : Les cahots nous secouaient. Secouer le flacon avant de l'ouvrir. Agiter la tête, la main, les épaules, etc., vivement et de manière répétée en signe de quelque chose : Il secoua la tête en signe de dénégation. Agiter vivement quelque chose pour le débarrasser de quelque chose (liquide, poussière, poudre, etc.) : Secouer la salade. Sortir de son inaction en se libérant de sa paresse, de son indolence, de sa torpeur, etc. Tenter de se libérer, de se débarrasser d'une autorité, d'un joug, de la routine, de préjugés, etc. Causer à quelqu'un un choc physique ou moral, ébranler son équilibre : Un deuil qui secoue toute une famille. Familier. Mener quelqu'un, le commander avec vivacité, rudesse ou le gronder pour l'inciter à agir, à travailler : Secouer un élève.secouer (citations) verbe transitif (ancien français secourre, du latin succutere, agiter) Henri Calet Paris 1903-Vence 1956 Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. Peau d'ours Gallimard Commentaire Dernière ligne écrite de la main de Calet. ● secouer (synonymes) verbe transitif (ancien français secourre, du latin succutere, agiter) Imprimer de brusques mouvements à quelque chose, à quelqu'un
Synonymes :
Agiter la tête, la main, les épaules, etc., vivement et...
Synonymes :
Causer à quelqu'un un choc physique ou moral, ébranler son...
Synonymes :
- ébranler
- retourner (familier)
Familier. Mener quelqu'un, le commander avec vivacité, rudesse ou le gronder...
Synonymes :

secouer
v.
rI./r v. tr.
d1./d Remuer, agiter fortement. Secouer un arbre, un vêtement.
Secouer la tête: faire un mouvement de tête pour exprimer le refus, le doute.
|| Fig., Fam. Secouer qqn, le réprimander ou le presser de sortir de son inertie.
d2./d éliminer par des mouvements vifs. Secouer la poussière.
|| Loc. fig. Secouer le joug: s'affranchir d'une domination.
d3./d Fig. ébranler physiquement ou moralement. Cet accident l'a secoué.
rII./r v. Pron. Fam. Réagir (contre la fatigue, l'abattement, la paresse). Secoue-toi un peu!

⇒SECOUER, verbe trans.
A. — 1. Agiter, remuer vivement à plusieurs reprises. Il court à vous du plus loin qu'il vous voit, vous prend la main et vous la secoue à démettre le poignet (JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p. 36). Leurs chevaux s'ébrouaient, secouant leurs colliers garnis de grelots (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 209).
SYNT. Secouer un arbre, une branche, ses jupes, une porte, la salade, un tapis; secouer les dés dans un cornet; secouer ses cheveux, ses épaules, ses pieds; secouer qqn par le bras, par les épaules; secouer qqn pour le réveiller; cheval qui secoue son mors, son cavalier; lion qui secoue sa crinière; oiseau qui secoue ses ailes, ses plumes; avion secoué par des trous d'air; secouer en tout sens; secouer avec fureur, avec rage; secouer furieusement, rudement, vigoureusement, violemment, vivement.
Loc. verb., fam., au fig. Secouer le cocotier. Secouer les oreilles (à qqn). V. oreille. Secouer le paletot de qqn. Secouer qqn/qqc. comme un prunier.
N'en avoir rien à secouer (de qqc.) (très fam.). N'avoir cure de quelque chose. Mon profil de carrière, j'en ai rien à secouer (Le Point, 3 oct. 1977, p. 105, col. 2). Eux qui ne veulent pas m'entendre (...), eux qui n'en ont rien à secouer de ce que je pense (Chr. COLLANGE, Moi, ta mère, 1985, p. 21).
Empl. pronom. réfl. dir. Chien mouillé qui se secoue. Le mâle de la taupe se secoue pour se débarrasser des miettes de terre qui le souillent (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 85).
Empl. abs. Cette voiture secoue beaucoup (Ac. 1878, 1935). On roulait assez vite à présent sur les pavés des boulevards de la Seine et (...) ça secouait bien de trop, même pour se bouger (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 606).
Souvent au passif. [Le suj. ou le compl. d'agent désigne un mouvement ou un agent qui provoque un mouvement] Un faible choc secoua la barque (BARRÈS, Barbares, 1888, p. 134). La maison (...) a été secouée par un grand vent comme si elle allait se disjoindre et tomber en pièces (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 51).
SYNT. Être secoué de convulsions, de fièvre, de frissons, de larmes, de sanglots, de tremblements; être secoué par les cahots, par un fou-rire, par des hoquets, par la toux; rire, toux qui secoue qqn, les épaules, la poitrine de qqn.
2. En partic. [Le compl. d'obj. désigne la tête; pour signifier le doute, l'approbation, le refus] Secouer affirmativement, négativement, tristement la tête; secouer la tête pour dire non, en signe de doute. Les vieux richards eurent beau m'offrir leur fortune; je secouais la tête à toutes les propositions (DUMAS père, Halifax, 1842, II, 4, p. 54). Jacques cligne de l'œil et secoue le chef en signe d'approbation (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 117).
3. P. méton. Se débarrasser de quelque chose par des mouvements brusques, répétés. Secouer des brins d'herbe, des miettes, la neige, la pluie, la poussière de ses vêtements; secouer la cendre d'un cigare. Elle sursauta, secoua une coccinelle qui lui cheminait sur la main (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 454). Il retirait son chapeau pour en secouer les gouttes de pluie (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 10).
Loc. verb. Secouer la poussière de ses pieds, de ses sandales, de ses souliers. Secouer ses puces; secouer les puces à qqn. V. puce.
Au fig. [Le compl. d'obj. désigne une chose abstr. qui constitue une contrainte, une charge] (Essayer de) se débarrasser de quelque chose. La première jeunesse ne peut secouer les apparences de la retenue et de la crainte (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 226). Au matin, secouer les songes, les crasses, les choses qui ont profité de l'absence et de la négligence pour croître et encombrer (VALÉRY, Tel quel II, 1943, p. 25). V. joug I B 1 ex. de Durkheim.
SYNT. Secouer son angoisse, son apathie, son chagrin, ses chaînes, son engourdissement, sa fatigue, sa nonchalance, sa paresse, ses préjugés, sa torpeur; secouer l'autorité, le despotisme, l'emprise, l'oppression, la typrannie de qqn.
Rare. Secouer qqn de qqc. Débarrasser quelqu'un de quelque chose. Vent informe, élastique et sombre qui me secouait de l'envie d'aller au bord de la mer (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 142). Faire progresser l'humanité, (...) libérer le prolétariat, (...) secouer les opprimés de leurs chaînes (LACROIX, Marxisme, existent., personn., 1949, p. 28).
4. Littér., par hypallage. Elle tournait, emplissant l'étroit jardin du vol de ses jupes, secouant cette âpre senteur de verdure qu'elle portait sur elle (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1254). Les coups de brise sans amplitude secouant dans l'air l'odeur des conifères (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 41).
B. — Souvent au passif. [Le compl. d'obj. désigne une pers., un ensemble de pers. ou un attribut d'une pers.] Troubler par une commotion physique et/ou morale. Synon. agiter, bouleverser, ébranler. Être secoué par une douleur, par une émotion, par une maladie, par une passion; choc, événément qui secoue le cœur, l'esprit, les nerfs (de qqn); crise, guerre, révolution qui secoue un pays. Il était secoué par des impulsions violentes et contradictoires (MARTIN DU G., Thib., Sorell., 1928, p. 1210):
J'entrai dans un spasme de colère si violent qu'il m'étonna moi-même (...). J'aurais crié, brisé un objet, manifesté par quelque folie le mouvement de rage qui me secouait l'âme.
BOURGET, Disciple, 1889, p. 167.
Littér. [Le compl. d'obj. désigne une chose perceptible par les sens] Troubler, ébranler. Bruit, explosion qui secoue le silence. Au loin (...) monta la note ardente et mélancolique d'un crapaud, qui secoua la nuit de sa vibration de métal (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 175). L'horizon était secoué d'éclairs (GIONO, Bonheur fou, 1957, p. 361).
C. — Fam. [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Inciter vivement quelqu'un à l'action, à l'effort, parfois en le réprimandant. Secouer un élève, un employé. Tâche de secouer ta grand'mère. Il faut ne pas la plaindre, et l'empêcher de penser à elle (FLAUB., Corresp., 1870, p. 136). Si je ne secoue pas mes hommes, la nuit toujours les inquiétera (SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p. 106).
Empl. pronom. réfl. (Faire un effort pour) sortir de son abattement, de son inertie, (faire un effort pour) agir. Il faut vous secouer! Ses jambes s'engourdissaient, il craignait de s'endormir (...). Et, pour se secouer, il évoquait Thérèse à sa toilette (ZOLA, Cap. Burle, 1883, p. 186). Quel dommage qu'elle passe vite [la mélancolie] et qu'il faille redevenir sérieux, énergique, se secouer, agir! (RENARD, Œil clair, 1910, p. 29).
REM. 1. Secouant, -ante, part. prés. en empl. adj., rare. a) Qui agite, qui remue vivement, à plusieurs reprises. Une toux quinteuse et secouante (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 464). b) Qui trouble par une commotion physique et/ou morale. Synon. bouleversant. L'émotion née de Giotto avait le droit d'être grande, et aussi l'effet de tant d'autres belles choses secouantes (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 133). 2. Secoué, -ée, part. passé en empl. adj. a) Agité de mouvements brusques, répétés. Les nuits en chemins de fer, le sommeil secoué des wagons avec des douleurs dans la tête et des courbatures dans les membres (MAUPASS., Contes et nouv., Sœurs R., t. 1, 1884, p. 1253). Je n'avais pas dormi de la nuit et, après une traversée secouée, j'arrive à Alger fort abruti (GIDE, Journal, 1943, p. 246). b) Troublé par une commotion physique et/ou morale. ) [En parlant d'une pers., d'un attribut d'une pers.] Être tout secoué. Joanny, tout tremblant et les nerfs secoués, venait de répandre du chocolat sur son gilet (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p. 108). ) [En parlant d'une durée] Pas plus que les temps secoués, la période stable n'apporta d'amélioration (MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. XXI). Ces vacances secouées ont failli être amusantes pendant deux ou trois jours (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1901, p. 388). 3. Secouette, subst. fém. Action de (se) secouer; petite secousse. Des petites secouettes de la tête en manière de salutations (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, I, 13, p. 18). Toutes les maisons, du haut en bas, vibrent sourdement, semblent onduler, atteintes elles aussi de cette secouette du shimmy (SEM, Ronde nuit, 1923, p. 111).
Prononc. et Orth.:[], (il) secoue []. BARBEAU-RODHE 1930: je secoue [], [-sku]. MARTINET-WALTER 1973: (il faut) secouer []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1450 secouer le pelisson « rudoyer » (Sottie du Gaudisseur, 53 ds Recueil Trepperel, éd. E. Droz, p. 9); b) 1580 secouer qqn (MONTAIGNE, Essais, éd. P. Villey, p. 76); 2. 1531 (R. ESTIENNE, Dictionarium, 14e feuillet, r ° ds QUEM. DDL à paraître: Faire signe de non consentir a aucun en secouant la tête); 3. a) 1549 (EST., s.v. joug: secouer le joug de servage); b) 1580 « ébranler (quelque chose) » (MONTAIGNE, op. cit., p. 441: secouër et altérer notre croiance); 4. 1762 se secouer « réagir » (DIDEROT, Lettres à S. Volland, t. 1, p. 86); 5. 1766 être secoué « être en mauvaise santé » (VOLTAIRE, Lett. d'Argental, 22 oct. ds LITTRÉ). Réfection, d'apr. les formes secouons, secouez, secouent de l'a. fr. seco(u)rre « remuer vivement » att. dep. la fin du XIIe s. (E. DE FOUGÈRES, Manières, 753 ds T.-L.), lui-même du lat. succutere « agiter, ébranler ». Fréq. abs. littér.:5 351. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 3 757, b) 8 450; XXe s.: a) 10 501, b) 8 656.
DÉR. 1. Secouage, subst. masc. Action d'agiter, de remuer vivement, à plusieurs reprises. Synon. secouement. Blastomères (...) séparés les uns des autres par secouage (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 532). Infra secoueur ex. de Ballu. []. 1re attest. 1875 « action de secouer le tabac » (Journ. offic., 29 nov., 1re col. ds LITTRÉ.); de secouer, suff. -age. 2. Secouement, subst. masc. a) Action d'agiter, de remuer vivement, généralement à plusieurs reprises. Synon. secouage. Ce réveil brusque du petit jour (...) que le coq lance à tout l'horizon, dressé droit sur ses ergots de bataille, avec un grand secouement d'ailes (A. DAUDET, R. Helmont, 1874, p. 74). Le tonnerre est entré: nous avons été lancés violemment les uns sur les autres par le secouement effroyable du sol et des murs (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 320). b) Rare. Action (d'essayer) de se débarrasser de quelque chose qui constitue une contrainte, une charge. La mimique théâtrale était pour lui une distraction violente, un secouement de son noir ennui de l'existence (GONCOURT, Journal, 1888, p. 773). []. BARBEAU-RODHE 1930: un secouement [-]. Ac. 1740, 1762: secoûment; 1798, 1835: secoûment, -coue-; 1878: secouement, -coû-; 1935: secouement. 1res attest. a) 1538 « action de secouer, ébranlement » (R. ESTIENNE, Dict. Latinogallicum, 600 b ds Rom. Forsch. t. 32, p. 161); b) 1726 fig. « action de rejeter loin de soi » (DESFONTAINES, Dict. néol.: le secouëment de l'autorité); de secouer, suff. -ment1. 3. Secoueur, -euse, subst. a) Subst. masc. ou fém., rare. Ouvrier, ouvrière qui secoue. Une secoueuse de tapis (Lar. 19e). b) Subst. masc. technol. ) ,,Instrument pour détacher le moule d'une pièce fondue`` (DUVAL 1959; dict. gén. XIXe et XXe s.). ) Secoueur (de paille). Dispositif d'une batteuse servant à récupérer les grains qui restent dans la paille. [Dans la batteuse] la séparation de la paille d'avec tous les autres éléments est effectuée au moyen des secoueurs (PASSELÈGUE, Mach. agric., 1930, p. 272). Pour éviter le secouage de la paille à la main on a imaginé des secoueurs mécaniques (BALLU, Mach. agric., 1933, p. 475). [], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) 1611 « personne qui secoue » (COTGR.) — 1660, OUDIN Fr.-Esp., encore en 1765 pour désigner un ouvrier-étameur (Encyclop., Planches 4, Eperonnier, p. 1), b) ) 1782 « instrument employé pour détacher les moules des pièces qui y sont coulées » (Encyclop. méthod. Arts et métiers t. 2, p. 747), ) 1892 « partie de la batteuse à grain » (GUÉRIN); de secouer, suff. -eur2; au sens b cf. 1765 secoueux (Encyclop., Planches 4, Forges, p. 24, 32).
BBG. — DUB. Dér. 1962, p. 41 (s.v. secoueur). — QUEM. DDL t. 9 (s.v. secouant).

secouer [s(ə)kwe] v. tr.
ÉTYM. 1539; réfection d'après les formes secouons, secouez; de l'anc. franç. sequeurre, lat. succutere « agiter par-dessous », de sub quatere.
1 Remuer avec force, dans un sens puis dans l'autre (et généralement à plusieurs reprises). Agiter, hocher (vx); secousse. || Secouer un goupillon (cit. 3). || Secouer qqch. dans un crible (cit. 2), les grains dans un van ( Vanner). || Les ménagères (cit. 9) secouaient leur tapis. || Épousseter un tapis en le secouant. || Secouer la salade. || Secouer un arbre, une branche (pour faire tomber les fruits). Gauler, locher. → Poire, cit. 4; prunier, cit. 1. — ☑ Loc. fig. Secouer le cocotier : obliger une personne âgée à céder sa place pour l'occuper soi-même (par allus. aux vieillards obligés chez certaines peuplades, à grimper sur un cocotier que l'on secouait pour qu'ils tombent). || Secouer une porte pour l'ouvrir. || « Je sais que le fruit tombe au vent qui le secoue » (→ Mouvoir, cit. 8). || Déflagration, explosion qui secoue les vitres. Ébranler, vibrer (faire).Voiture qui secoue ses passagers. Ballotter, brimbaler, cahoter.
1 (…) quand la tempête secoue la barque, ce n'est pas l'heure que deux matelots satisfassent leur haine (…)
M. Barrès, Leurs figures, VI.
2 Les mulets des attelages secouent les pompons rouges de leurs colliers et les résilles flottantes de leurs chasse-mouches (…)
Louis Bertrand, le Livre de la Méditerranée, p. 30.
Secouer qqn pour le réveiller (→ Heure, cit. 31). Bousculer.Loc. Secouer qqn comme un prunier (cit. 2).Méd. Succussion.
(Sujet n. de chose). || Les sanglots, les hoquets qui le secouaient. || Une histoire qui nous secouait de rires (→ Irrépressible, cit. 3). || Un tremblement nerveux secouait son corps. Saccader (rare).Agiter. || Sa respiration (cit. 2) secouait ses flancs. || Un grand frisson (cit. 4) lui secouait les épaules.
Absolt. Être agité.
2.1 Après le déjeuner il partait en barque avec Pierre; la mer secouait beaucoup à cause du vent. Ils avaient des couvertures pour si le temps changeait, cinglaient au large. « Il ferait bon dormir », disait Jean bercé par le vent, la lame et ébloui par la lumière éparse et remuante (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 381.
2 (1559). Mouvoir brusquement et à plusieurs reprises (une partie de son corps). || Secouer les épaules (→ Bouffi, cit. 1). || Secouer la tête, en signe d'assentiment, de doute, d'improbation, etc. Hocher (→ Entêtement, cit. 5; nier, cit. 13).|| « Semblables aux lions secouant leurs crinières » (→ Immortel, cit. 17).
3 (1550). Se débarrasser de (qqch.) par des mouvements vifs et répétés. || Secouer la poussière, la neige de ses vêtements.
3 Secoue la vermine de tes haillons ! Relève-toi de ton ordure !
Flaubert, la Tentation de saint Antoine, III.
Loc. fig. Secouer la poussière (cit. 4 et 5) de ses pieds, de ses souliers : partir pour toujours. — ☑ Vx. Secouer la poudre du passé. — ☑ Secouer le joug (cit. 8), et fig., secouer l'autorité de qqn, l'oppression, un esclavage… Affranchir (s'), libérer (se); indépendance (A., 1.); → Asservissement, cit. 2; liberté, cit. 22; libre, cit. 18.
4 Un siècle de plus, et leur expulsion devenait impossible, ou le motif d'une longue guerre entre ces moines et le souverain dont ils avaient peu à peu secoué l'autorité.
Diderot, Suppl. au voyage de Bougainville, I.
5 Et tu hésites à secouer cette dépendance, à t'en délivrer ?
Villiers de L'Isle-Adam, Axël, III, 1.
Loc. métaphorique, pop. Secouer ses puces (cit. 4) : se décider à agir.Secouer les puces (cit. 5) à qqn : le secouer (ci-dessous, 5.).
(1538). Fig. || Secouer les préjugés. || Secouer une angoisse, une obsession (→ Articuler, cit. 13), sa paresse, sa torpeur…
6 (…) elle secoua sa nonchalance, quitta son fauteuil avec une vivacité qu'on n'aurait pas attendue d'elle (…)
Th. Gautier, le Roman de la momie, II.
4 (1588). Surtout au passif. Ébranler par une commotion physique ou morale; faire impression sur (qqn). Agiter, ébranler (6.). || Des femmes passionnées (cit. 8) que l'émotion secoue.Cette maladie, cette opération l'a bien secoué. Traumatiser.
7 Comme par un courant électrique qui vous meut, j'ai été secoué par mes amours, je les ai vécus, je les ai sentis; jamais je n'ai pu arriver à les voir ou à les penser.
Proust, Sodome et Gomorrhe, Pl., t. II, p. 1127.
5 (1666). Fig., fam. || Secouer qqn, le réprimander, le morigéner, ou encore, l'inciter à l'action, à l'effort. Bousculer, harceler, tourmenter; malmener, maltraiter, sabouler (vx).
8 Il continuait, il finit en menaçant des rigueurs de l'autorité et de la rancune des saisons ceux qui voteraient mal. Tous se regardèrent. En voilà un qui les secouait et dont il était bon d'être l'ami !
Zola, la Terre, IV, V.
6 Très fam. J'en ai (il en a, etc.) rien à secouer : rien à faire (euphém. probable pour branler). → Rien à branler, rien à foutre.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
se secouer v. pron. (réfléchi).
1 (1538). || Chien qui se secoue. Ébrouer (s'). || Se secouer en dansant. Trémousser (se).
2 (XVIIIe, Voltaire). Se décider à l'action, faire effort pour chasser l'abattement. Réagir, réveiller (se). → Ne pas se laisser abattre. || Elle se secouait; elle voulait prendre une résolution virile (→ Lisière, cit. 5, Balzac). || Allons, secouez-vous, faites de l'exercice. Dégourdir (se), réveiller (se).
——————
secoué, ée p. p. adj.
1 Le chalutier repartit ballotté (cit. 1), secoué ( Fatiguer). || Vitres secouées (→ Fracas, cit. 3).
2 Fig. || Secoué, frappé par le sort, la destinée (→ Battu d'orages). || Il en était tout secoué, frappé, choqué. Remué.
DÉR. Secouage, secouant, secouée, secouement, secoueur. — V. Secousse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • secouer — SECOUER. v. a. Remuer quelque chose fortement, en sorte que toutes les parties en soient esbranlées. Secoüer un arbre pour faire tomber les fruits. secoüez cette branche. ce cheval a un trot qui secouë bien son homme. je ne veux point me servir… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • secouer — Secouer, Agitare, Peragitare, Quatere, Succutere. Secouer souvent, Succussare, Quassare. Secouer à terre, Excutere. Se secouer d un costé et d autre, Iactare se. Corbeaux se secouans et faisans trembler leur pennage, Concucientes se corui.… …   Thresor de la langue françoyse

  • secouer — (se kou é), je secouais, nous secouions, vous secouiez ; que je secoue, que nous secouions, que vous secouiez, v. a. 1°   Remuer fortement et à plusieurs reprises. Secouer une porte. Son cheval l a un peu secoué. Le vent secoue les arbres.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • secouer — vt. (qq., la salade, la poussière, les pieds pour en détacher la neige...) ; abattre, secouer, (les fruits, les noix) ; agiter ; maltraiter ; administrer une rossée verbale et même physique : (a)skore (Albanais 001b, Gruffy 014), (a)skeure (001a …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SECOUER — v. a. Remuer quelque chose fortement et à plusieurs reprises, en sorte que toutes les parties en soient ébranlées. Secouer un arbre pour en faire tomber les fruits. Secouez cette branche. Ce cheval a un trot qui secoue rudement son homme. Secouer …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SECOUER — v. tr. Remuer quelque chose fortement et à plusieurs reprises. Secouer un arbre pour en faire tomber les fruits. Secouer un manteau, un tapis pour en ôter la poussière. Ce cheval a un trot qui secoue rudement son homme. Absolument, Cette voiture… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • secouer — v.t. Voler : Secouer une tire. / Réprimander : Se faire secouer le paletot. Ne pas ménager. / Je n en ai rien à secouer, je m en moque, je n en ai rien à cirer …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • secouer — (v. 1) Présent : secoue, secoues, secoue, secouons, secouez, secouent ; Futur : secouerai, secoueras, secouera, secouerons, secouerez, secoueront ; Passé : secouai, secouas, secoua, secouâmes, secouâtes, secouèrent ; Imparfait : secouais,… …   French Morphology and Phonetics

  • Secouer quelqu'un comme un prunier — ● Secouer quelqu un comme un prunier le secouer très vivement …   Encyclopédie Universelle

  • Secouer le cocotier — ● Secouer le cocotier enlever les moyens d existence, leur position sociale aux gens âgés afin de ne plus les avoir à charge ou de prendre leur place …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.